Compétitions - FRANCE SHOWAKAN

Culture Tradition Budo




FRANCE SHOWAKAN
Aller au contenu

Menu principal :

ACTIVITES
PAROLES DE SENSEI

Le karaté signifie actuellement "main vide". Le nom a été changé pour des raisons politiques.
Si quelqu'un vous dit "j'ai fait du karaté" cela est synonyme d'échec.
Le véritable karatéka ne s'arrête pas!

LA COMPETITION

La première compétition n'a pas été  organisée comme on le dit souvent en 1957 mais en 1954 par Jun Sugano de  la JKA au gymnase de Oji de Kobé. En 1957, après la mort de Funakoshi  sensei, ont eu lieu les premiers championnats du Japon. Quoique  Funakoshi sensei y était opposé, les jeunes de la JKA avaient imaginé un  moyen de faire connaître et de développer le karaté. Elle reste pour la  JKA ce que les défilés de mode sont aux marques de confection;  différents mais promotionnels mais continue à retirer le côté  traditionnel.
  
  Pour les pratiquants, la compétition peut être considérée comme un  exercice mais surtout pas comme un but. Elle n'est pas obligatoire et on  peut appeler "karatéka" quelqu'un qui n'y aurait jamais participé. Il  est cependant trop facile de la critiquer sans y avoir participé. Elle  peut être bénéfique quand elle permet de mettre en pratique ce qui a été  appris au dojo. Que se soit en kata comme en kumite, il ne faut pas se  conduire ou faire différemment. Les qualités demandées sont acquises par  les entraînements quotidiens. Il ne sera pas donc pas nécessaire de s'y  préparer. Pratiquer avec ou devant des personnes que l'on ne connait  pas, montrer ce que l'on fait au dojo et faire de son mieux sont les 3  buts de la compétition. S'il y a de bons résultats, on sera content mais  il ne faut pas considérer la victoire comme étant le but. Un proverbe  japonais dit "Perdre c'est gagner" .
  
Le "compétiteur" devra cependant bien connaître les règles et les  respecter. Si plusieurs sortes de règles existent aucune ne pourra  vraiment se revendiquer être la bonne. Il sera important de bien faire  la différence.
On peut dire qu'il y a 3 sortes de règles.
  
  KIMEDOME
  La plus ancienne qui favorise et récompense le travail quotidien. Dans  ce karaté tout est basé sur l'ultime explosion finale appelée"kime" que  ce soit en kata ou en kumite. En combat, les adversaires doivent  approcher le plus près possible la cible avec le maximum de force à  l'impact et n'ont aucune protection. Ce qui est unique, c'est que  plusieurs champions ont obtenu la première place dans les 2 catégories.  La Japan Karaté Association conserve ce système ancien lui valant  ainsil'appellation de "budo karaté ou encore de "dento (traditionnel)  karaté" .
CONTACT
La seconde favorise le contact avant tout. Le  kyokushinkaï a été une des premières écoles à proposer ce genre de  compétition. Les adversaires peuvent porter les coups sauf les attaques  de poing au visage. Au Japon, on parle de "kenka karate" ce qui signifie  "karaté de bagarre".
SUNDOME
  Le troisième système de compétition est celui de la fédération  sportive mondiale "WKF" et est donc un jeu. Il y a des catégories de  poids, des protections et un système de points beaucoup plus complexe.  Les règles changent parfois et le contact y est interdit. A Japon, on  appelle, très justement, "kyogi karate" ce qui signifie "karaté  sportif".
Chacun de ses trois systèmes de compétition comporte ses difficultés. Il faut bien faire la différence entre les 3.
Copyright (C) Avril 2017 France Showakan. All Rights Reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu