L'histoire du karaté-dô - FRANCE SHOWAKAN

Culture Traditions Budo




FRANCE SHOWAKAN
Aller au contenu

Menu principal :

KARATE
PAROLES DE SENSEI
Un comité de soutien au karaté a construit le premier "dojo" de karaté au Japon. Gichin Funakoshi n'est pas loin des 70 ans lorsqu'il entre pour la première fois dans la dojo que ses élèves ont baptisé "SHOTO KAN", son pseudonyme d'écrivain .
L'HISTOIRE DU KARATé

Le  karaté appelé également autrefois "Tode" (mains chinoises) est originaire d'une des iles de l'archipel Ryu-kyu appelée OKINAWA et qui fait actuellement partie du  JAPON.
C' est une synthèse des méthodes de combat Chinoises et des méthodes de combat d'Okinawa (Okinawate). Cette transformation semble avoir commencé vers l'an 608 et n'a cessé de continuer.

Les pratiquants d'Okinawa pratiquaient 2 méhodes différentes, le SHOREI et le SHORIN mais avaient également pris l'habitude de se classer en  fonction de la ville où ils pratiquaient.
( NAHA, SHURI et TOMARI.)
Ce caractère très japonais de vouloir ainsi tout classer et revendiquer un groupe a donner naissance aux styles de karaté.

Le  karaté dont nous parlons à notre époque s'écrit en japonais (mains  vides) et a été affiné pour passer du KARATE JUTSU (techniques sans autre but que ces techniques et la victoire) au KARATE DÔ (voie de vie, la technique n'étant qu'un moyen d'acquérir le développement spirituel de l'adepte). Un homme est à l'origine de ce développement sans lequel le karaté serait très certainement tombé en déssuétude. Il s'appelle GICHIN FUNAKOSHI.

Il était président de l'Association des arts martiaux d'Okinawa. Instituteur, et donc cultivé, c'est lui qui a été retenu pour faire une démonstration à l'occasion des festivités du Japon organisées a Tokyo en 1922. C'est le fondateur du judo, JIGORO KANO, qui en l'invitant dans son dojo, le Kodokan, l'a fait venir au Japon. Il pensait intégrer le karaté au judo. Certains judokas ont été séduits et sont devenus ses premiers éléves au Japon. Son séjour s'est prolongé jusqu'à ce qu'il reste.
A cette époque les entrainements consistaient uniquement en la pratique des katas et de la MAKIWARA. La tenue (DOGI) les grades et autres ont été inspirés directement du judo.

Maître Funakoshi est allé enseigner le karaté dans des universités et  c'est ce qui a beaucoup développé les techniques et la pratique du combat.

Deux ans après avoir commencé à enseigner, le 12 avril 1924, il délivrait ses premières ceintures  noires. C'était un moyen de reconnaissance du niveau d'un pratiquant et un outil de promotion dans les milieux universitaires. C'est le début d'un long débat sur la valeur des grades qui se perpétue à notre époque.
L'un des fils de Gichin Funakoshi, GIGO (appelé Yoshitaka), va jouer aussi un rôle importante pour l'évolution du karaté de son père. Il est  venu rejoindre son père, au Japon, à l'âge de 15 ans, pour se faire soigner de la tuberculose et être apprenti charpentier. Il est devenu l'assistant de son père pendant 24 ans, jusqu'en 1945 date de sa mort.

En  1939, les élèves de Gichin Funakoshi ont fait construire un dojo qu'ils ont appelé "SHOTO KAN" (l'édifice de "Shoto", nom de plume de Gichin). C'est ainsi que pour différencier ses élèves des autres écoles qui,  petit à petit, s'étaient ouvertes, ont a parlé de style "SHOTOKAN".
Gichin  Funakoshi a créé 2 groupes pour faire la promotion du karaté qui sont le "SHOTO-KAI" et la "NIHON KARATE KYOKAI", plus connue à l'étranger sous le nom de Japan Karate Association . Le premier groupe a conservé les anciens alors que le deuxième est progressivement passé sous le control de jeunes étudiants. Petit à petit des différents les ont partagés.

La Japan Karaté Association, avec à sa tête Masatoshi NAKAYAMA, voulait, en effet développer le karaté pour en faire une profession. Le meilleur moyen de promotion, pour lui, était d'organiser des compétitions. S'inspirant du kendo, il a créé les règles du" shobu ippon". Ainsi, la JKA a organisé les premiers championnats du Japon quelques mois après le décès de Gichin Funakoshi, survenu le 10 avril 1957.

Toujours dans l'idée d'utiliser la karaté à des fins professionnelles, la JKA a également créé une école d'instructeurs.

Parallèlement, deux autres écoles se sont développées; le SHITO RYU et le GOJU RYU.

En Europe, une forme de karaté de compétition, inspirée des champions, s'est surtout développé et est souvent appelé à tort KARATE SHOTOKAN.

Ce sport est bien loin des techniques enseignées par Gichin Funakoshi et encore plus loin de son esprit rappelé sur sa tombe :
"KARATE NI SENTEI NASHI"  
(En karaté, pas de première attaque")
Copyright (C) Avril 2017 France Showakan. All Rights Reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu